Dès les premières mesures syncopées, le public est accompagné avec ferveur vers la découverte du Quatuor en mi mineur op.44 n.2 de Mendelssohn: une tension mélancolique qui caractérise le thème principal et qui contraste avec le calme et la douceur du deuxième, le mouvement “Scherzo” vif et gai ; une romance sans paroles comme troisième mouvement et la richesse d’un Finale qui laisse á bout de souffle. En se laissant transporter par ces caractères à la fois galants et tourmentés nous avons l’impression de franchir la subtile ligne entre le songe et la réalité...

 

      “Cependant la lune se lève

       Et l’esquif en sa course brève

       File gaîment sur l’eau qui rêve.”

 

Claude Debussy compose les premiers deux mouvements de sa Petite Suite “En bateau” et “Cortège” en s’inspirant de ces vers de Paul Verlaine. Le compositeur même précise que, la Petit Suite « ne cherche humblement qu’à faire plaisir » avec la succession de mouvements qui rappellent des scènes et des images fantastiques.

 

La marelle fantastique aboutit avec “Peer Gynt Suite ”, poème du norvégien Henrik Ibsen mis en musique par Edvard Grieg. Le public incarnera cette fois ci l’anti-héros Peer qui dans son monde surnaturel dédie toute sa vie à la recherche hédoniste du bonheur.

Felix Mendelssohn Bartholdy (1809- 1847)
Ouverture de « Le songe d’une nuit d’été »
(arrangement de Raphaël Jousse)


Felix Mendelssohn Bartholdy (1809- 1847)
Quatuor à cordes en mi mineur op.44 n.2
(arrangement de David Walter)

Edvard Hagerup Grieg (1843 -1907)
Peer Gynt suite 1 op.46
(arrangement de Victor Ouzounoff)

Marelle fantastique

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

Martin Trillaud // Web Artist Media ©

@gaelic69 ©Gaelic.fr